Formation en ligne – Faites des disciples !

Bonjour, je m’appelle Michael Doernbrack. Je suis pasteur adventiste. Peut-être que tu connais déjà la série de livres « 40 JOURS DE MÉDITATIONS ET DE PRIÈRES », par exemple « 40 jours de méditations et de prières – n°3, concernant la santé ». Et si on pouvait vivre les 40 jours de réveil spirituel grâce à nos boîtes email ? Curieux ? Alors continue la lecture…

churchphoto.de

churchphoto.de

La mission est claire : « Faites des disciples ! » (Matthieu 28:19). Voudrais-tu apprendre comment tu peux aider de manière concrète dans l’accomplissement de cette mission ? Alors j’ai une idée simple : Abonne-toi à ce blog.  (Sur la droite, tu trouveras « S’abonner au blog via courriel ».) Par la suite, tu recevras, petit à petit, 40 messages de ma part (sauf le sabbat, car journée lecture de la bible). Cinq minutes suffiront pour le lire. Grâce à ces messages, tu découvriras une façon biblique et simple de faire des disciples ! Tu seras surpris de constater à quel point cela est facile !

Fais partie de l’expérience. Ne rate aucun de ces 40 messages enrichissants (un message par semaine) !

Pour aller plus loin :

  1. Heureux d’être disciple – une formation, ch. 25 sur 40
  2. L’application mobile Adventiste (par la FFN)
  3. 30 défis – Espérance 2020 (par la FFN)

 

Publié dans nouvelles / infos, Réveil spirituel | Tagué , | 2 commentaires

Néhémie 9 : De l’école du sabbat à la pratique

Suite à l’étude de Néhémie 9 (à l’école du sabbat, le 16/11/2019), serait-il envisageable que votre église planifie ce dont parle Joël 2 :
1 Sonnez de la trompette en Sion, et sonnez avec un retentissement bruyant dans la montagne de ma sainteté. Que tous les habitants du pays tremblent; car la journée de l’Eternel vient; car elle approche.

12 Maintenant donc aussi, dit l’Eternel, convertissez-vous à moi de tout votre cœur, avec jeûne, avec larmes, et avec lamentation.

13 Déchirez vos cœurs, et non pas vos vêtements, et retournez à l’Eternel votre Dieu; car il est miséricordieux et pitoyable, lent à la colère et abondant en grâce . Il se repent d’avoir affligé.

14 Qui sait si l’Eternel votre Dieu ne viendra point à se repentir, et s’il ne laissera point après lui la bénédiction, le gâteau et l’aspersion? (à noter : la bénédiction = le saint esprit)

15 Sonnez de la trompette en Sion, sanctifiez le jeûne, publiez l’assemblée solennelle.

16 Convoquez le peuple, sanctifiez l’assemblée, appelez les anciens, faites venir les enfants et ceux qui sont à la mamelle; que l’époux sorte de son cabinet, et l’épouse de sa chambre nuptiale.

Sachant qu’après Joël 2, il y a Joël 3… Autrement dit : Joël 2 (la repentance de toute une église) est la condition pour Joël 3 (le réveil spirituel a lieu dans toute une église locale, le chemin est préparé pour que la pluie de l’arrière-saison puisse tomber sur toute une église locale).

A savoir : Au niveau mondial, le prochain sabbat de jeûne et de prière sera le 04/01/2020 :

Afin de traduire ces ressources en anglais, vous pouvez utiliser ce site qui fourni des traductions presque parfaites.

Pour aller plus loin :

  1. Le secret du réveil spirituel
  2. Conférence « La Pluie de l’arrière-saison » (1ère partie, Ted Wilson)
Publié dans Prédication adventiste, Réveil spirituel, Regarder une vidéo | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Semaine de prière : Le don de prophétie et Ellen White

Ou : Fidèle à ses prophètes

A méditer : « Jérusalem, Jérusalem, qui tues les prophètes, et qui lapides ceux qui te sont envoyés. » – Mt. 23.37a

Le rejet des Témoignages aboutit à l’apostasie (Évènements des derniers jours, p. 134)
Une chose est certaine : ces adventistes du septième jour qui font le choix de s’inféoder à Satan commenceront par abandonner leur foi dans les avertissements et les reproches que contiennent les Témoignages de l’Esprit de Dieu. —Selected Messages 3 :84 (1903).

L’ultime subterfuge de Satan sera de rendre sans effet le témoignage de l’Esprit de Dieu. “Quand il n’y a pas de révélation, le peuple est sans frein 2.” Proverbes 29 :18 Satan déploiera toute son ingéniosité de diverses façons et par divers agents, pour ruiner la confiance du reste du peuple de Dieu dans le témoignage véritable. —Selected Messages 1 :48 (1890)—Messages choisis 1 :54.

L’ennemi a porté ses efforts les plus grands contre la foi de notre propre peuple dans les Témoignages… C’était le plan de Satan et ceux qui ont préparé la voie afin que nos membres ne suivent pas les conseils et les avertissements des Témoignages de l’Esprit de Dieu, constateront qu’une marée d’erreurs de toute sorte se révélera dans leur vie. —Selected Messages 3 :83 (1890)

Il entre dans le plan d’action de Satan d’affaiblir la foi du peuple de Dieu dans les Témoignages. Suit le scepticisme à l’égard des points vitaux de notre foi, des fondements de notre théologie, puis le doute concernant les Saintes Écritures, enfin la marche descendante vers la perdition. Lorsque les Témoignages dans lesquels nous avons cru d’abord, sont mis en doute et abandonnés, Satan sait que ceux qu’il trompe ne s’arrêteront pas là ; il redouble donc d’efforts jusqu’à les lancer dans une rébellion ouverte, qui devient incurable et conduit à la destruction. —Testimonies for the Church 4 :211.

Voici le cahier afin de vivre la semaine de prière 2019 (2-9 novembre) : Semaine de prière 2019

Pour aller plus loin :

De vrais et de faux prophètes

http://www.ellenwhitecenter.org/news/20090821/temoignage-jeune-congres-ja-munich-atelier-ellen-white

https://www.adventistworld.org/support-from-unexpected-places

Ellen White et l’accomplissement prophétique – https://youtu.be/QRIng2kCybU

LE DON DE PROPHÉTIE ET LE MINISTÈRE D’ELLEN G. WHITE

http://paulscalliet.weebly.com/uploads/2/5/4/6/25467001/36._le_don_de_prophtie_et_le_ministre_degw.pdf

Le don de prophétie – https://youtu.be/c_5TNKQastE

Ellen White et ses critiques – par Leonard Brand

https://dialogue.adventist.org/fr/1215/ellen-white-et-ses-critiques

L’Ésprit de prophétie – Conviction 24

https://youtu.be/-inJK98Wh98

Ellen White et l’accomplissement prophétique

 

Défendre l’Esprit de Prophétie – https://youtu.be/NEhZ778RvRE

Le don de prophétie

Le don de prophétie (une 2ème site avec un article différent)

Le don de prophétie et le ministère d’Ellen G. White

Qui était Ellen G White? Préparation pour la grande crise finale

Prophéties d’E.G.W. accomplies et futures

Ellen White et ses critiques

En anglais

  1. Ellen White or the Bible (audio)
  2. A Prophet for This Generation (audio)
  3. Divine Predictions of Mrs. Ellen G. White Fulfilled, Frederick C. Gilbert, 1922 (read it online)
  4. Believe his prophets (a 5 year program to read the bible and Ellen White books)
  5. Heritage Sabbath Sermon 2018

 

 

Publié dans Ecouter une prédication, Lire une prédication, Réveil spirituel, Regarder une vidéo | Tagué , | Laisser un commentaire

Les 70 semaines et les 2 300 jours

OU : Les 70 semaines et les 2 300 soirs et matins

70 semaines

Pour accompagner le guide d’étude de la bible, disponible en ligne ici.

Voici ce que nous pouvons lire dans le guide d’étude de la bible, 15 Octobre 2019 :

Daniel 9:24, « Septante semaines ont été fixées », signifie littéralement, « septante semaines sont coupées ». Bien que le mot traduit par « fixer » ne soit utilisé nulle part ailleurs dans la Bible, on le trouve dans la littérature juive, et il signifie « couper » ou « retrancher ». Étant donné que Daniel 8 présente la prophétie des 2 300 ans, dont le point de départ n’est pas donné dans Daniel 8, il s’ensuit logiquement que lorsque le chapitre suivant (Daniel 9) parle de 490 ans « retranchés » ou « coupés », ils ne peuvent être « retranchés » que des 2 300 ans prophétiques mentionnés dans le chapitre précédent. Après tout, d’où cette période serait-elle « retranchée » si ce n’est une autre période prophétique plus longue?

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles la prophétie des 70 semaines de Daniel 9:24-27 et la prophétie des 2 300 soirs et matins de Daniel 8:14 vont de pair: (1) les deux sont des prophéties temporelles; (2) la terminologie spécifique de la « vision » et de la « compréhension » est parallèle (voir Dan. 8:26, 27 et 9:23); (3) les deux interprétations des prophéties étaient données par Gabriel (voir Dan. 8:16 et 9:21); (4) la seule partie de la vision qui n’était pas expliquée dans Daniel 8 était la vision des 2 300 soirs et matins (parfois traduits par « jours ») dans Daniel 8:14; (5) Daniel 8 contient la vision et une interprétation partielle de celle-ci, tandis que Daniel 9 ne contient qu’une interprétation, dans ce cas, l’interprétation de la seule partie non interprétée de Daniel 8, ce qui était la prophétie des 2 300 jours de Daniel 8:14, une partie de la vision que Daniel n’avait pas comprise (voir Dan. 8:27).

L’information qui nous est donnée dans Esdras renseigne sur les pièces manquantes des prédications de la prophétie dans le livre de Daniel, à savoir quand commencer historiquement à compter cette période prophétique. Et tout cela nous renseigne quant au ministère de Christ en notre faveur. – fin de l’extrait

Rois de Perse

source : guide d’étude de la bible (pour moniteurs)

Concernant le début des 2300 soirs et matins

Les faits historiques et chronologiques se rapportant aux prophéties des chapitres 8 et 9 de Daniel, y compris les preuves solides fixant l’année 457 avant J.-C. comme la date véritable marquant le point de départ de ces périodes, ont été clairement exposés par nombre d’interprètes. Signalons, parmi les théologiens catholiques, une étude de l’abbé Mémain : Les 70 Semaines de la Prophétie de Daniel. Et parmi les théologiens protestants : J.-A. Bost, qui écrit ce qui suit : “Esdras fut mis par Artaxerxès-Longuemain à la tête de la seconde colonie qui revint en Judée en 457. C’est à cette même année qu’on rattache d’ordinaire aussi le commencement des 70 semaines de Daniel 9 :24.” Louis Burnier, qui dit : “La date de la commission donnée à Esdras par Artaxerxès est une date importante, puisqu’il faut partir de là et non d’ailleurs … pour calculer les 70 semaines de Daniel.” — concernant les références exactes voir : Tragédie des siècles, Ellen White, p. 766

Pour aller plus loin

  1. La prophétie des 70 semaines (émission TV)
  2. Les 2300 soirs et matins de Daniel 8
  3. Les 2300 soirs et matins de Daniel 8 (un 2ème graphique)
  4. 2300 soirs et matins – puis le sanctuaire sera purifié (vidéo)
  5. Les adventistes et le 22 octobre 1844
  6. 1844 – La fin des 2300 soirs et matins (voir ci-dessous)

 

 

 

Publié dans Lire une prédication, Réflexion (de la lecture) | Tagué , , | Laisser un commentaire

Heureux d’être disciple – une formation, ch. 25 sur 40

Heureux d’être disciple – une formation, volet n° 25 sur 40

Le discipulat en action chapitre 25

Capturer

Un noyau de disciples – pour favoriser la croissance spirituelle

Vous savez déjà qu’un noyau de disciples nous permet d’apprendre à conduire d’autres gens à Jésus. A partir d’aujourd’hui, j’aborderai les différentes manières pratiques que nous avons pour être des témoins de Jésus.

La mission que Jésus nous a laissée est claire :

« Allez dans le monde entier et annoncez la bonne nouvelle à tout le monde. » (Marc 16.15)

Cette mission ne s’adresse pas seulement aux pasteurs, mais à tous ceux qui suivent Jésus. Pour reprendre les mots d’Ellen White :

« Tout vrai disciple devient un missionnaire, dès son entrée dans le royaume de Dieu. » (Jésus-Christ, ch. 19, dernier paragraphe)

Malheureusement, la réalité est souvent différente. Seulement quelques membres de l’église s’efforcent de gagner des gens pour Jésus dans leur vie quotidienne. Beaucoup voudraient parler de Jésus à d’autres gens, mais personne ne leur a montré comment. D’autres sont découragés parce qu’ils ont essayé en vain ou qu’ils ont peur d’être embarassés ou rejetés. D’autres encore sont tellement absorbés par les exigences de leur vie qu’il n’y a plus de temps et d’énergie pour la mission.

Je suis profondément convaincu que Dieu n’accepte pas tout simplement cette réalité, mais qu’il veut la changer. Dieu veut nous conduire à témoigner notre foi avec joie, naturellement et de manière gagnante dans notre quotidien, pour que la mission devienne un mode de vie qui nous rend joyeux.

Comment est-ce possible ? Premièrement, vous devez savoir POURQUOI la mission est importante. Il y a de nombreuses bonnes raisons. Aujourd’hui, je ne veux parler que de trois d’entre elles.

1) La mission est le meilleur moyen pour que Dieu puisse éprouver de la joie

Jésus a dit : « De même, au ciel, la joie à cause d’un pécheur perdu qui retourne à Dieu est plus grande que celle de nonante-neuf autres qui sont justes et qui ne se sont jamais écartés du bon chemin ! » (Luc 15.7)

Dieu aime sauver les gens. Il y a de la joie dans le ciel au sujet de chaque personne qui se repent et qui est sauvée. Chaque personne est unique pour Dieu et il l’aime d’un amour inimaginable. Quelle joie quand l’un de ses enfants revient vers lui ! Il n’y a pas de meilleur moyen de remercier Dieu de nous avoir rachetés que de montrer le chemin vers Lui aux gens qu’Il aime infiniment! Demandez à Dieu de vous aider à voir vos semblables avec ses yeux comme des personnes uniques, précieuses et aimées de Dieu qu’il veut gagner pour l’éternité. Ce n’est que lorsque nous voyons les gens de cette façon que nous pouvons leur parler de Jésus d’une manière crédible.

2) Dieu a réconcilié l’humanité avec lui-même par Jésus Christ.

Paul a écrit aux Corinthiens : « Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles. Tout cela vient de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par Christ, et qui nous a donné le ministère de la réconciliation. Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, en n’imputant point aux hommes leurs offenses, et il a mis en nous la parole de la réconciliation. Nous faisons donc les fonctions d’ambassadeurs pour Christ, comme si Dieu exhortait par nous; nous vous en supplions au nom de Christ: Soyez réconciliés avec Dieu! Celui qui n’a point connu le péché, il l’a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu. » (2 Corinthiens 5:17-21)

En Christ, nous obtenons une nouvelle identité. Nous devenons de nouvelles personnes et des ambassadeurs de la réconciliation. En tant qu’ambassadeurs de Jésus, nous sommes autorisés à dire aux gens que Dieu les aime et qu’il veut leur bien. Car, par le Christ, il s’est réconcilié avec toute l’humanité et a décidé de ne pas considérer leurs péchés. Mais la réconciliation a toujours deux côtés. C’est pourquoi Dieu enseigne aux personnes qui ont personnellement accepté la réconciliation à en parler aux autres et à leur demander de se réconcilier avec Dieu.

3) La mission nous rapproche de Jésus

Alors que nous travaillons pour le salut des autres, nous nous préoccupons de ce qui est le plus important pour Dieu. Nous participons là où Dieu lui-même est actif. C’est la meilleure façon d’expérimenter Dieu. Quand nous témoignons de Jésus, notre propre foi est renforcée. Nous prions plus intensément et étudions la Bible de manière plus approfondie. Nous détournons notre regard de nos propres besoins et regardons ce qui fait avancer les autres. Par cela, Dieu nous change et nous donne une expérience spirituelle plus profonde. Plus nous aimons Jésus, plus nous en dirons sur Lui. Et plus on en dira sur lui, plus on l’aimera. Quelle spirale de bénédictions ! Ellen White l’a très bien exprimé :

« Tout effort fait pour le Christ entraîne une bénédiction. Si nous employons nos ressources pour sa gloire, il les augmentera. Nous serons vivifiés par la grâce de Dieu dans la mesure où nous travaillerons à gagner des âmes au Sauveur, lui soumettant cette préoccupation dans nos requêtes. Nos affections acquerront un rayonnement marqué de ferveur divine et notre vie chrétienne, devenue plus ardente, plus réelle, sera caractérisée par l’esprit de prière. » (Paraboles de Jésus, ch. « Les talents »)

C’est le plan de Dieu pour faire grandir notre foi et approfondir notre amour pour Lui. Celui qui est obnubilé par lui-même et ne se soucie pas des autres pour qu’ils trouvent Jésus ne fera jamais cette expérience ! Mais quand nous nous rendons disponibles à Dieu, de grandes expériences nous attendent ! Impliquez-vous !

Je passe à la pratique !

J’adopte la mission de Jésus et ma nouvelle identité dans le Christ. Par conséquent, je prie, pendant mes moments de culte personnel, pour que Dieu m’aide à être un ambassadeur de la réconciliation dans ma vie quotidienne ! Je demande à Dieu de m’aider à voir les gens avec ses yeux. Dorénavant, cette nouvelle perspective changera mes rencontres avec autrui.

Cette vidéo (en français) présente l’organisation de ce type de groupe et des entretiens avec les participants.

– Michael Doernbrack (pasteur adventiste), www.discipleshipcourse.org

Pour étudier les volets précédents, cliquer ici : Etre disciple

Pour aller plus loin :

 

 

Publié dans Réflexion (de la lecture), Réveil spirituel | Tagué , | Laisser un commentaire

Les parents et les 10 commandements

Pour accompagner le guide d’étude de la bible (semaine du 7 juillet 2019)

Capturer

  1. Les parents et les 10 conseils pour vivre le bonheur – Deutéronome 6
  2. Où sont les enfants que je t’ai donnés ?

Pour aller plus loin :

  1. Devenir parent (diapos)
  2. Leçon 8 – Commentaires d’Ellen White
  3. La parole de Dieu à la portée des enfants
  4. Dieu, le chrétien et les enfants
  5. Suivre de près l’expérience spirituelle de nos enfants

Read this article in English: How Can We Help Save Them?

Publié dans Réflexion (de la lecture) | Tagué , | 1 commentaire

Apo. 21 – Les dimensions de la nouvelle Jérusalem

Ou : « Je fais toutes choses nouvelles. »

Ou : La nouvelle Jérusalem, un cube ?

Capture« La ville était bâtie en carré, et sa longueur était égale à sa largeur. Il mesura la ville avec la canne, et il la trouva de douze mille stades. Sa longueur, sa largeur et sa hauteur étaient égales. »Apocalypse 21.16 (Ostervald) ; voir aussi Ezéchiel 48.17,18,20,35

On pourrait aussi traduire : « Sa longueur, sa largeur et sa hauteur étaient identiques. »

Autrement dit : La hauteur du mur était identique à tous les endroits, le mur était d’une hauteur régulière (ce qui était quelque chose de très rare en Syrie-Palestine, voir ci-dessous).

Question 1 : Jean, voit-il un cube lorsqu’il voit la Nouvelle Jérusalem ?

Réponse 1 : Non, Jean ne voit pas de cube. Le texte nous donne une réponse très claire : « La ville était bâtie en carré ». (Apocalypse 21.16a) Jean n’écrit pas : « Sa longueur était égale à sa largeur qui était égale à sa hauteur. » Jean dit qu’elle est bâtie en carré, et puis il décrit un carré « sa longueur était égale à sa largeur. » Il ne décrit pas un cube.

Ensuite, Jean « mesura la ville » (Apocalypse 21.16a). Lorsqu’on mesure une ville, on mesure le périmètre. Jean nous dit que la ville a un périmètre de 12000 stades ou d’environ 2200km (ou : 1370 milles). Par conséquent, chaque coté était long d’environ 550km (2200 divisé par 4). A savoir : 550km correspondent environ à la distance Paris-Grenoble (à vol d’oiseau). Ainsi, la Nouvelle Jérusalem aurait une surface d’environ 300000km² (la même surface que l’Italie – ou l’état d’Arizona aux US). Ce qui est intéressant, c’est qu’au chapitre 21, nous retrouvons le chiffre 144000 : 12000 (le périmètre) multiplié par 12 (le nombre de portes, voir Apo. 21.21).

Ici, la question suivante se pose : Pourquoi Dieu donne-t-il tant de détails par rapport à la Nouvelle Jérusalem ? – Peut-être parce que c’est comme devant les tribunaux : Plus un rapport est détaillé, plus il est crédible ! Dieu veut que nous ayons confiance dans sa parole, surtout dans tout ce qui est écrit concernant notre avenir.

Certains comprennent que la ville soit un cube de 3000 stades (ou 550km) de côté – quelque chose qui n’est pas plausible si c’est littéral. Si la hauteur de la muraille était tellement incroyable (rappelons nous que le Mt Everest est haut de 8km), sa muraille haute de 70 mètres serait tout aussi ridicule. (Est-ce que cela voudrait dire que la ville aurait deux murailles ? Pas très logique…) De plus, une muraille haute de 550km bloquerait même les nuages les plus hauts (à 6km d’altitude). Par conséquent, on pourrait s’attendre à ce qu’il pleuve très souvent au niveau de cette muraille gigantesque (soit coté intérieur, soit coté extérieur).

Encore deux remarques par rapport à l’idée d’une muraille qui serait haute de 550km : 1) Une muraille doit être plus haute que les bâtiments de la ville, puisque la fonction d’une muraille et de protéger les bâtiments d’éventuels projectiles (un peu comme un emballage protège un produit). Par conséquent, la hauteur de la Nouvelle Jérusalem doit être inférieure à la hauteur de sa muraille (qui a une hauteur de 70m). – 2) Pour être stable, une muraille d’une hauteur de 10m doit être large d’environ 50cm. Par conséquent, une muraille d’une hauteur de 550km devrait être large de 25km. Ce qui veut dire que si la Nouvelle Jérusalem avait une muraille large de 25km, pour entrer dans la ville, il faudrait passer par un tunnel long de 25km…

D’autres croient que la ville peut être visualisée de façon cohérente : 1) La ville n’est pas un « cube ouvert ». 2) La muraille n’atteint pas les 550km (ou : 340 milles), mais les 144 coudées (voir Apo. 21.17), soit près de 70 mètres (ou : 76 yards). Ce que Jean voulait nous faire comprendre par rapport à la muraille était le fait que la hauteur de la muraille soit égale (ou : la même) sur toute son extension horizontale.

D’ailleurs, voici un renseignement utile :

« En Syrie-Palestine, les villes étaient de façon caractéristique entourées de murs irréguliers en raison de la topographie inégale du terrain. Dans les plaines d’Égypte et de Babylonie, toutefois, les villes pouvaient être entourées de murs carrés ou rectangulaires. » (David E. Aune, Revelation 17-22 [1998], 1160).

Cela peut expliquer pourquoi la description de Jean tente de renforcer l’idée que les murs de la Nouvelle Jérusalem ne seront pas sinueux, serpentant, et ne changeront pas de longueur, ni de largeur, ni de hauteur ici et là. Elle sera plutôt un carré parfait. (C’est en tout cas ce que dit le texte.)

Dans ce contexte, il est légitime de se questionner sur l’endroit où la Nouvelle Jérusalem descendra. Sera-ce sur une pente et, par conséquent, exigeant des mesures horizontales et verticales irrégulières comme l’ancienne Jérusalem et les autres villes de Palestine que Jean connaissait bien ? La prophétie de Zacharie qu’Ellen G. White a prise pour représenter l’endroit où la cité de Dieu descendra à la fin du millénium, nous montre que sa topographie sera plate. Par conséquent, la longueur et la hauteur de la ville pourront être proportionnelles. Lisons les détails donnés par Ellen G. White dans son livre La Tragédie des Siècles (p. 720) :

« Jésus-Christ s’arrête sur la montagne des Oliviers d’où il est monté au ciel après sa résurrection, et où les anges ont réitéré la promesse de son retour. “L’Éternel, mon Dieu, viendra, dit le prophète, et tous ses saints avec lui.” “Ses pieds se poseront en ce jour sur la montagne des Oliviers, qui est vis-à-vis de Jérusalem, du côté de l’orient ; la montagne des Oliviers se fendra par le milieu… et il se formera une très grande vallée.” “L’Éternel sera roi de toute la terre ; en ce jour-là, l’Éternel sera le seul Éternel, et son nom sera le seul nom.” Alors la nouvelle Jérusalem, éclatante de splendeur, descend du ciel et s’installe en un lieu purifié et préparé pour la recevoir. Puis le Rédempteur, accompagné de son peuple et de ses anges, fait son entrée dans la sainte cité ».

 

Question 2 : Selon Jean, la ville est-elle le temple ?

Réponse 2 : Dieu et l’Agneau sont le temple de la ville. (« Le Seigneur Dieu tout-puissant et l’Agneau en sont le temple. »Apo. 21.22b)

Posons-nous la question : le fait qu’une table a quatre pieds comme un lion nous permet-il de conclure que la table est devenue un lion ou le lion une table ? Bien sûr que non ! La conclusion forcée de confondre la ville avec un temple dissimule des tendances panthéistes. L’Apocalypse est claire en disant que le Seigneur est le temple de la ville, et non pas que la ville tout entière est un temple, ou pire encore, le lieu très saint.

En outre, nous n’avons pas à douter de la nature réelle et matérielle de la cité de Dieu. La déclaration suivante d’Ellen G. White est appropriée dans ce contexte.

« La crainte de trop matérialiser l’héritage éternel a poussé plusieurs personnes à spiritualiser, à rendre inconsistantes les promesses qui nous le décrivent comme notre demeure future. Jésus assura à ses disciples qu’il allait leur préparer des places dans la maison du Père. Or, ceux qui acceptent les enseignements de la Parole de Dieu ne sont pas laissés entièrement dans l’ignorance touchant ces demeures. Néanmoins, les choses que Dieu a préparées pour ceux qui l’aiment “sont des choses que l’œil n’a point vues, que l’oreille n’a point entendues”. La langue humaine est impuissante pour décrire la récompense des justes. Seuls pourront s’en rendre compte ceux qui la verront. Notre esprit borné est incapable de concevoir la gloire du paradis de Dieu. » (TS 733).

En bref, les dimensions de la ville de Dieu révèlent deux notions de base : la perfection et l’immensité. Sa beauté se voit dans ses proportions et son équilibre parfait, tout comme dans la description de son matériel. Son immensité est en harmonie avec la révélation d’une « grande foule, que personne ne pouvait compter, de toute nation, de toute tribu, de tout peuple, et de toute langue. Ils se tenaient devant le trône et devant l’agneau » et reconnaissent Dieu pour Son œuvre de rédemption (Ap. 7:9-10). Si une si grande foule tout au long des millénaires est sauvée, il y a de l’espoir pour moi qui suis un pécheur. La cité de Dieu n’est pas surpeuplée ; il y a des chambres pour tous ceux qui veulent y vivre. Voulez-vous accepter l’invitation du Seigneur à demeurer dans sa ville pour toujours ? Il sera Roi pour l’éternité, et nous n’essaierons pas d’avoir un autre roi, parce qu’aucun autre être vivant n’a donné sa vie pour nous.

Terminons avec un passage qui se trouve dans Premiers Écrits, qui nous exhorte à rêver de la cité de Dieu et de ses descriptions bibliques comme quelque chose de réel qui va nous rapprocher de plus en plus de Dieu si nous suivons son conseil.

 « Les joies véritables et les consolations du chrétien seront alors au ciel. Les âmes de ceux qui ont connu les puissances du monde à venir, qui ont goûté les joies célestes, ne sauraient plus se contenter des choses de cette terre. Ceux-là trouveront assez à faire dans leurs moments de loisir. Ils seront attirés vers Dieu ; ils auront avec le Dieu qu’ils aiment et qu’ils adorent une douce communion, car là où est leur trésor, là aussi sera leur cœur. Ils contempleront ce trésor : la sainte cité, la terre renouvelée, leur demeure éternelle. Et alors qu’ils méditent sur ces choses sublimes, pures et saintes, le ciel se rapproche d’eux. Ils sentent la puissance du Saint-Esprit, qui les éloigne de plus en plus du monde. Leurs principales joies sont dans les choses du ciel, leur paisible demeure. La puissance qui les attire vers Dieu et vers le ciel est si grande que rien ne saurait détourner leurs esprits de leur tâche importante : assurer le salut de l’âme, honorer et glorifier Dieu. » (PE 112-113).

Pour aller plus loin :

  1. De tout je fais du nouveau – commentaire Ellen White
  2. De tout je fais du nouveau – diapos – www.fustero.es
  3. Les mille ans : L’enlèvement secret, est-ce biblique ?
  4. Les 1000 ans de l’Apocalypse (vidéo)
  5. Daniel 11 et 12 : Lorsque Michaël se lève (vidéo)

English language material :

The heavenly Jerusalem (video based on Sabbath School lesson)

 

Publié dans Réflexion (de la lecture) | Tagué , , | Laisser un commentaire

Apo. 18 – Le monde éclairé, Babylone tombée

Apo. 18 – Le monde éclairé, Babylone tombée

wallpaper_paint_20121109_23_12158_koodianCom_B3o« Après cela, je vis descendre du ciel un autre ange, qui avait un grand pouvoir; et la terre fut éclairée de sa gloire (1). Et il cria avec force et à haute voix, et dit: Elle est tombée, elle est tombée la grande Babylone (2); et elle est devenue la demeure des démons (3), et le repaire de tout esprit immonde et de tout oiseau immonde, et duquel on a horreur. Car toutes les nations ont bu du vin de la fureur de son impudicité, et les rois de la terre se sont prostitués avec elle (4). »  – Révélation de Jésus, 18.1-3a

Examinons maintenant les quatre points suivants, tirés du passage ci-dessus :

1) La gloire (de Dieu)

« Car il n’y a point de distinction, puisque tous ont péché, et sont privés de la gloire de Dieu. »Romains 3.22b

Voici la bonne nouvelle (l’évangile) – ou : Comment retourner à la gloire : « A qui Dieu a voulu faire connaître quelles sont les richesses de la gloire de ce mystère parmi les Gentils; c’est que Christ est en vous, lui qui est l’espérance de la gloire. » – Colossiens 1.27

Dieu a prévu un chemin pour retourner à la gloire : Christ en nous, Christ en moi. La terre sera éclairée de sa gloire, lorsqu’un grand nombre de gens aurons permis au Christ de vivre en eux (= la conversion).

2) Babylone

deux-babyloneTout d’abord, Babel signifie « porte des dieux » (de Bab, porte, et El, Dieu) – tandis que Babylone signifie « confusion ». Ensuite, notons que dans la tradition rabbinique, le premier surnom octroyé à Rome est Babylone par comparaison, du fait que Babylone comme Rome ont détruit le temple. La bible fait le lien entre Babylone et Rome en 1 Pierre 5.13 : « L’Eglise des élus qui est à Babylone vous salue, ainsi que Marc, mon fils. » (Il n’y avait pas d’église à Babylone au moment ou Pierre écrivait sa lettre : A l’époque, Babylone était détruite depuis longtemps. Par conséquent, Babylone doit être le surnom d’une autre ville – ici : Rome.)

Pour comprendre en détail le lien entre Babylone et Rome, voir le livre « Les deux Babylones », par Alexander Hislop (titre en Anglais: The two Babylons).

Voir aussi le documentaire « La Femme, la Bête et Babylone » (avec Doug Batchelor).

3) La Babylone moderne, demeure des démons (centre des démons)

La bible, aurait-elle raison : Des sectes sataniques à Rome et au Vatican ? 

A méditer : Y aurait-il un lien entre « Le monde éclairé, Babylone tombée » ? Serait-il possible que l’éclairage du monde contribuera à la chute de Babylone ? Si la Babylone moderne est le centre de l’occultisme (du latin occultus, « caché, secret »), de l’obscurité, on voit bien que ce n’est que la lumière qui pourra faire tomber l’idéologie de Babylone.

La question est : Est-ce que je veux faire partie de celles et ceux qui éclairent leur entourage ? Si oui, je peux dire la prière suivante : « Eternel, rempli-moi de ton Saint-Esprit pour que je puisse être une lumière pour toi. »

4) Dans la bible, « prostitution » = « alliance illicite »

Dans le passé, l’alliance illicite était l’alliance entre le trône et l’autel. De nos jours, nous pouvons constater un phénomène comparable. Il suffit de suivre les infos… Ce passage nous montre clairement que Dieu a horreur des relations étroites entre un pouvoir religieux et un pouvoir politique.

Pour aller plus loin :

Publié dans Réflexion (de la lecture) | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Apo. 17 – Le jugement de Babylone

Apo 171) Comment comprendre les couleurs de la robe de la femme dont il est question en Apo. 17.4 (pourpre/rouge foncé tirant sur le violet et écarlate/rouge vif) ? Y aurait-il un lien avec les couleurs dans la tenue du Souverain Sacrificateur dans l’Ancien Testament (bleu, pourpre, cramoisi/rouge profond) ?

Réponse : a) Il n’y a pas de référence biblique à l’appui de l’idée que les prostituées étaient habituellement vêtues de pourpre et d’écarlate. Ceci dit, le passage de Jérémie 4.30 nous parle d’une des couleurs dont nous parle Apo. 17 : « Et quand tu auras été détruite, que feras-tu? Quoique tu te revêtes de pourpre, que tu te pares d’ornements d’or, et que tu te peignes les yeux avec du fard, tu t’embellis en vain; ceux qui t’aimaient t’ont méprisée; ils chercheront ta vie. » Il semble qu’il s’agit ici de la description physique d’une prostituée. Ceci pourrait nous permettre de dire qu’Apo 17.4 fait allusion à une prostituée (ce qui nous permet de faire le lien avec la femme d’Apo. 17.1-2). Ce qui est également à remarquer, c’est que l’habit de cette prostituée pourrait faire référence à celui du souverain sacrificateur (Exode 28:5). Certes, la tenue du souverain sacrificateur incluait la couleur bleue. Mais est-ce que la prostituée ne souhaite pas prendre la place du souverain sacrificateur céleste (de Jésus), puisqu’elle prétend pouvoir pardonner les péchés ? (Ainsi, elle se met à la place du Christ.) Alors, nous avons ici une contrefaçon du véritable souverain sacrificateur. Cette contrefaçon n’est tout de même pas parfaite, puisqu’elle ne reprend pas toutes les couleurs du souverain sacrificateur. Par conséquent, celle ou celui qui sonde les écritures pourra facilement détecter la différence entre l’original est la contrefaçon. Est-ce que je prends le temps de sonder les écritures ? Sinon, je risque de me faire séduire, je risque de tomber dans les pièges de l’adversaire. . .

b) Voici une citation d’Ellen White : « La puissance qui, durant tant de siècles, a exercé un règne despotique sur tous les monarques de la chrétienté, c’est Rome. La pourpre et l’écarlate, l’or, les pierres précieuses et les perles dont cette femme est parée rappellent d’une manière frappante la magnificence et la pompe plus que royales de la cour de Rome. En outre, aucun pouvoir humain n’a été “ivre du sang des saints” comme l’église qui a si cruellement persécuté les disciples de Jésus-Christ… » (TS 412-413).

Les deux couleurs ensembles (violet et écarlate) sont caractéristiques pour la curie romaine.

2) Certains pensent que « dans une vision, le prophète peut être transporté à n’importe quelle époque et n’importe où, mais les explications de la vision au prophète, afin de donner un sens, doivent se situer par rapport à l’époque et l’endroit du prophète. » Ce principe pose  problème lorsqu’il s’agit d’interpréter les sept rois et le huitième roi d’Apo. 17.

Réponse : a) Le principe désiré ci-dessus, de lier l’explication de l’ange à l’époque réelle du prophète, ne convient pas toujours. Par exemple, dans Dan. 9:25 le début de l’explication se situe à une date encore future pour le prophète (« Depuis le moment où la parole a annoncé que Jérusalem sera rebâtie… »). Dans Dan. 12:11, l’explication a lieu à une époque encore plus lointaine de la perspective du prophète. Elle traite du début des 1290 jours-années (« Depuis le temps où cessera le sacrifice perpétuel, et où sera dressée l’abomination du dévastateur… »). Dans Apo. 22:10-11, l’époque réelle de l’explication est le temps de la fin et même la fin du temps de grâce.

« Et il me dit : ne scelle point les paroles de la prophétie de ce livre. Car le temps est proche. Que celui qui est injuste soit encore injuste, que celui qui est souillé se souille encore ; et que le juste pratique encore la justice, et que celui qui est saint se sanctifie encore. » (Apo. 22:10-11)

Dans Apo. 17 le temps présent est aussi l’époque de la grande prostituée qui est assise sur la bête, c’est, après l’apparition de l’Église catholique romaine, quand elle est déjà mère de prostituées et déjà ivre du sang des saints. En d’autres termes, le contexte dans lequel l’explication de l’ange est donnée est le temps de la fin, et non pas l’époque de l’apôtre (Apo. 17:8).

b) Qui sont les sept rois ou royaumes ? (Vous trouverez plus d’informations dans l’article suivant : « Identifier Babylone comme étant la papauté. Objections actuelles et réponses ».)

3) L’Apocalypse est construite sur les prophéties apocalyptiques de Daniel, qui ont commencé avec Babylone. Les empires universels suivants sont bien connus :

  1. Babylone.
  2. Mèdes et Perses.
  3. Grèce.
  4. Rome païenne.
  5. C’est la Rome papale soutenue par le Saint-Empire romain (remarquons que la tête mortellement blessée n’était pas la Rome païenne, mais la Rome papale. Dans Ap. 13, la Rome papale est présentée comme une autre bête que le dragon qui représente la Rome païenne à travers laquelle le diable a persécuté le peuple de Dieu). Elle « était, et elle n’est plus. Elle doit monter de l’abîme [parce qu’elle a reçu une blessure mortelle : Apo. 13:3-4], et aller à la perdition » (Apo. 17:8 ; voir Dan. 7:11, 26). ; 8:25). C’est « la bête qui était » (Apo. 17:11). C’est aussi la huitième qui est du nombre des sept (c’est la cinquième qui à la fin est restaurée : Apo. 17:11).

Jean nous place à l’heure de la fin, c’est-à-dire après que l’autorité politique de la papauté ait été blessée mortellement.

  1. Ce sont les autorités laïques qui ont commencé avec l’instauration de l’athéisme à la Révolution française et qui ont mis fin à l’union entre l’Église et l’État (Apo. 11:7-8 ; cf. Dan 11:40). Jean est placé au temps de la fin, car il dit que le sixième roi est (« un existe ») et que le suivant, le septième, « n’est pas encore venu, mais quand il viendra, il ne devra rester que peu de temps » (Apo. 17:10).
  2. C’est le gouvernement protestant des États-Unis qui rétablit l’autorité politique de la papauté (Apo. 13:12-13). La papauté est la huitième tête aujourd’hui restaurée et soutenue par le protestantisme.

– A partir de 1b), tout est basé sur les travaux du Dr. Alberto R. Treiyer.


Apocalypse 17.8

La bête écarlate est identifiée comme celle qui a été et n’est pas et va monter de l’abime et aller à la perdition. Cette phrase tripartite est, avant tout, une contrefaçon du nom divin, Yahvé – « qui est, qui était et qui vient » (Apocalypse 1:4, voir aussi Apo. 4:8). Cela décrit aussi d’autres points des trois phases de l’existence de la bête:

(1) La bête « était ». Elle a existé dans le passé. Ses activités antérieures ont duré pendant la période prophétique des 42 mois, également connue sous le nom de la période des 1260 jours prophétiques (voir Apo. 13:5, et leçon 9, dimanche).

(2) « N’est pas ». Avec sa blessure mortelle (voir Apo. 13:3), la bête est entrée dans sa phase de non-existence, du moins, en tant que persécutrice, depuis 1798. Elle a disparu pendant un certain temps de la scène mondiale; cependant, elle a survécu.

(3) Enfin, avec la guérison de la blessure mortelle, la bête va revenir à la vie en pleine rage satanique.Apocalypse 17 décrit la bête d’Apocalypse 13:1-8 au moment de la guérison de sa blessure mortelle. Sur cette bête ressuscitée aussi s’assied Babylone la prostituée. Une fois de plus, il y aura une union éphémère de la religion et de la politique, telle qu’elle existait au moyen-âge et la persécution se déclenchera.

« Que l’opposition, le fanatisme et l’intolérance s’élèvent; que les feux de la persécution se rallument, aussitôt les mal affermis et les hypo-crites abandonneront la foi, tandis que le vrai chrétien demeurera ferme comme un rocher, la foi plus forte et l’espérance plus radieuse qu’aux jours de la prospérité. »Ellen G. White, La tragédie des siècles, p. 532.

Quel avertissement devrions-nous tirer de ces paroles sur ce que notre expérience chrétienne doit être maintenant, avant même que les derniers évènements se déroulent?

– tiré du guide d’étude de la bible (19/03/2019)

Pour aller plus loin :

  1. Le jugement sur Babylone – commentaire Ellen White
  2. Le jugement sur Babylone – diapos
  3. L’Apocalypse – la Femme, la Bête et Babylone (documentaire avec Doug Batchelor)
  4. Ivre du sang des saints (clip vidéo)
  5. De Babel à Babylone (vidéo)
  6. Livre : Les deux Babylones (un classique)
  7. Comprendre le livre de Daniel et l’Apocalypse
Publié dans Réflexion (de la lecture) | Tagué , , | Laisser un commentaire

Apo. 15 et 16 – Les sept derniers fléaux

Quelques commentaires (extraits du guide d’étude de la bible, disponible en ligne)

Pourquoi Dieu envoie-t-Il des fléaux lorsqu’il n’y a plus la possibilité

de repentance?

Les séductions et les fléaux de la crise finale exposent la vérité sur

Satan et ceux qui le suivent (2 Thess. 2:10-12). Ce n’est pas la faute

à Dieu que les méchants ne soient pas sauvés. Ni la grâce de Dieu

(Romains 2:4) ni les fléaux de la fin des temps (Apo. 16:9, 11, 21) ne

suscitent le repentir chez eux. Les perdus ont endurci leurs coeurs dans

ce qu’ils ont choisi. Ainsi, même la destruction des méchants glorifie

le caractère de Dieu à la fin (Apocalypse 15:3, 4). Ils se sont rendus

dangereux en face du salut, et ainsi, Dieu, tristement, les laisse dans

leurs choix (Osée 11:7, 8). Même après le millénium et une exposition

plus claire du caractère de Dieu, rien dans leur caractère ne peut changer

(Apo. 20:7-10). Les fléaux exposent leur indignité à hériter l’éternité et

font valoir le jugement de Dieu dans chaque cas.

 

La signification symbolique de l’Euphrate dans Apocalypse 16:12

Quel est le sens de l’Euphrate dans Apocalypse 16:12? Nous ne

devons pas rester dans le doute lorsque le texte lui-même définit un symbole.

Apocalypse 17:1 présente une explication de l’une des coupes de

malheur, celle qui a quelque chose à voir avec l’eau. Elle doit se référer

à la sixième peste, parce que la femme qui est assise sur l’eau s’appelle

Babylone (Apocalypse 17:5), et les « grandes eaux » de Babylone

décrivent le fleuve de l’Euphrate (Jérémie 51:13).

Le sens du fleuve est donné dans Apocalypse 17:15. Les eaux du verset

1 « ce sont des peuples, des foules, des nations et des langues » (Apo.

17:15 BFC). En d’autres termes, les pouvoirs civils et laïques du monde

entier. Ces pouvoirs donnent leur allégeance à Babylone pendant une

courte période (Apo. 17:3, 12, 13), forment une confédération mondiale

du temps de la fin en opposition à Dieu et à Son peuple.

 

Deux évangiles dans l’Apocalypse

Les trois anges d’Apocalypse 14:6-12 proclament ensemble le message

de l’évangile final au monde. Ce que beaucoup de lecteurs de

l’Apocalypse ont manqué est l’évangile contrefait, qui est également

proclamé au monde dans l’Apocalypse 16:13, 14.

Le dragon, la bête et le faux prophète (la trinité contrefaite d’Apocalypse

13) produisent chacun de sa bouche un esprit impur semblable

à une grenouille (Apo. 16:13). Selon le verset 14, ces grenouilles sont

des « esprits de démons » qui sortent pour aller chez les rois du monde

entier afin de les regrouper pour la bataille d’Armageddon (voir aussi

Apo. 16:16). Les démons sont des mauvais anges; de même, il y a trois

saints anges de Dieu qui oeuvrent par l’intermédiaire de l’église du reste

de Dieu pour présenter le vrai évangile dans le chapitre 14, en opposition

aux trois anges maléfiques qui présentent un faux évangile aux chapitres

13 et 16.

Les deux « évangiles » vont à tout le monde (Apo. 14:6, 16:14). Ce

faux évangile est également décrit dans 2 Thessaloniciens 2:9-12 et

Matthieu 24:24-27. Ceux qui ne prennent pas ces paroles de l’Écriture

au sérieux seront séduits dans la crise finale.

 

Cyrus le Perse et la seconde moitié de l’Apocalypse

Dans Apocalypse 16:12, l’assèchement de l’Euphrate, ce fleuve qui

est un soutien politique et militaire du système de Babylone (Jérémie

50:37, 38; Jérémie 51:35, 36) prépare la voie aux rois de l’orient. Cette

brève description rappelle comment les armées de Cyrus sont venues du

nord et de l’est de Babylone. Les ingénieurs de Cyrus avaient creusé une

dépression dans la vallée pour détourner le débit de l’Euphrate, permettant

aux soldats de Cyrus de marcher sous les portes de la rivière pour entrer

dans la ville. En calculant le détournement de l’Euphrate à coïncider avec

la fête à l’intérieur de la ville, les soldats de Cyrus découvrirent que les

gardes ivres n’avaient pas complètement baissé les grillages aux endroits ou

la rivière entrait dans la ville. Les soldats se précipitèrent dans la ville,

conquirent le royaume et tuèrent le roi, Belschatsar (comme décrit dans Daniel 5).

Dans les mois et les années qui suivirent, Cyrus a amorcé un processus dans lequel

les restes dispersés d’Israël furent encouragés à rentrer chez eux et à reconstruire

le temple et la ville de Jérusalem.

Remarquez la séquence totale une fois de plus: dans l’Ancien Testament,

Cyrus, roi des Perses, assécha littéralement le fleuve Euphrate afin de

conquérir Babylone et libérer Israël. Ce récit définit clairement l’arrière-

plan de la dernière partie du livre de l’Apocalypse. Dans le livre

de l’Apocalypse, les eaux du fleuve Euphrate à la fin des temps tarissent

pour faire place à un Cyrus (les « rois de l’orient ») de la fin des temps

qui conquiert Babylone de la fin des temps pour délivrer Israël de la fin

des temps! La sous-structure narrative fondamentale de la bataille d’Armageddon

est ancrée dans l’histoire de Cyrus et de la chute de Babylone de

l’Ancien Testament.

 

Le sens d’Armageddon,

Le mot « Armageddon » est vraiment Har-Magedon en grec. Apocalypse 16:16

explique que le mot est issu de l’hébreu. En Hébreu har signifie montagne.

Donc le sens le plus naturel d’Armageddon est « Montagne de Megiddo ».

Le problème est qu’il n’y a aucune montagne dans le

monde entier nommé Megiddo. Il y a les eaux de Megiddo (Juges 5:19),

une vallée de Megiddo (2 Chroniques 35: 22) et une ville de Megiddo

(1Rois 9:15). D’autres suggèrent « montagne de massacre » (basé sur Zach. 12:11)

ou « Montagne de l’assemblée » (en faisant écho à Ésaïe 14:13).

Le dictionnaire « Anchor Bible » conclut que la meilleure explication de

Har-Magedon est de l’associer à la montagne qui domine les eaux, la vallée

et la ville de Megiddo, le mont Carmel. Le mont Carmel est l’endroit où

Élie a invoqué le feu du ciel sur la terre pour démontrer qui est le vrai

Dieu (Apo. 13:13, 14). Dans les derniers jours de l’histoire de la terre, il

y aura une confrontation entre le vrai Dieu (Apocalypse 4 et 5) et le trio

de la contrefaçon (Apo. 16:13, 14); entre les trois anges (Apo. 14:6-12) et

les trois grenouilles. Dans cette bataille finale, le feu tombera sur l’autel

contrefait (Apo. 13:13, 14), mais le vrai Dieu sera reconnu comme juste à

la fin (Apocalypse 15:3, 4).

Pour aller plus loin :

Publié dans Réflexion (de la lecture) | Tagué , | Laisser un commentaire