Comment présenter la vérité ?

Poursuivons la lecture du livre « Le Ministère de la Guérison » (partie 3) :

Comment présenter la vérité ?

Le Christ aurait pu occuper le plus haut rang parmi les maîtres de la nation juive, mais il préféra porter l’Evangile aux pauvres. Il allait de lieu en lieu; ainsi, les habitants des régions les plus reculées pouvaient entendre les paroles de vérité. Vers la mer, dans les montagnes, dans les rues des cités, dans les synagogues, on entendait sa voix expliquant les Ecritures. Souvent aussi, il enseignait dans les parvis du temple, afin que les Gentils puissent entendre ses paroles.

L’attention des gens était attirée, tant les enseignements du Christ étaient différents des explications données sur les Ecritures par les scribes et les pharisiens. Les rabbins s’appuyaient sur la tradition, sur des théories et des spéculations humaines. Souvent, ce que les hommes avaient enseigné et écrit au sujet des Ecritures prenait la place des Ecritures elles-mêmes. La Parole de Dieu était le sujet de l’enseignement du Christ. Il répondait à ses interlocuteurs par un clair “il est écrit”, “que disent les Ecritures?” ou “que lis-tu?” A chaque occasion, quand l’intérêt était suscité par un ami ou un ennemi, il présentait la Parole. Il proclamait le message de l’Evangile avec clarté et puissance. Ses paroles jetaient un flot de lumière sur les enseignements des patriarches et des prophètes. Les Ecritures parvenaient aux hommes comme une nouvelle révélation. Jamais auparavant ses auditeurs n’avaient perçu une telle profondeur de sens dans la Parole de Dieu.

Il n’y eut jamais un évangéliste comme le Christ. Il était la majesté des cieux, mais il s’humilia lui-même jusqu’à prendre notre nature, afin de pouvoir rencontrer les hommes sur leur terrain. Le Christ, le messager de l’alliance, apportait la bonne nouvelle du salut à toute personne, riche ou pauvre, libre ou esclave. Sa réputation de grand Médecin se répandit dans toute la Palestine. Les malades se plaçaient sur son chemin pour pouvoir l’appeler à leur aide. Beaucoup d’anxieux venaient aussi pour entendre sa parole et être touchés par ses mains. Ainsi, de ville en ville, de cité en cité, prêchant l’Evangile et guérissant les malades, allait le Roi de gloire, revêtu du pauvre costume de l’humanité.

Il assistait aux grandes fêtes de la nation juive. Aux multitudes absorbées par des cérémonies extérieures, il parlait des choses célestes, mettant l’éternité dans leurs calculs. A tous il accordait les trésors de ses réserves de sagesse. Il leur parlait avec un langage si simple qu’ils ne pouvaient manquer de le comprendre. Il aidait tous les affligés, les malheureux, par des méthodes bien à lui. Avec tendresse, une grâce courtoise, il œuvrait en faveur des âmes malades du péché, répandant santé et force.

Le Prince des maîtres cherchait à atteindre le peuple au moyen des choses qui lui étaient le plus familières. Il présentait la vérité de telle façon qu’elle était à jamais entrelacée, pour ses auditeurs, avec leurs souvenirs et leurs sympathies les plus sacrées. Il leur faisait sentir combien parfaitement il s’était identifié à leurs intérêts et à leur bonheur par le biais de son enseignement. Ses auditeurs étaient charmés par ses leçons si directes, ses illustrations si appropriées, ses paroles si sympathiques, si gentilles. La simplicité et la ferveur avec lesquelles il s’adressait aux nécessiteux sanctifiaient chacune de ses paroles.

Quelle vie active était la sienne! Jour après jour, on pouvait le voir entrer dans l’humble demeure du besoin et de la tristesse, parlant d’espoir aux découragés et de paix aux affligés. Aimable, le cœur tendre, rempli de pitié, il allait, relevant ceux que la vie avait courbés, et réconfortant les malheureux. Partout où il se rendait, il répandait la bénédiction.

Tout en œuvrant pour les pauvres, Jésus cherchait aussi des moyens d’atteindre les riches. Il recherchait le contact avec les pharisiens cultivés et riches, la noblesse juive et les chefs romains. Il acceptait leurs invitations, assistait à leurs fêtes. Il se familiarisait avec leurs intérêts et leurs occupations afin de gagner l’accès de leurs cœurs et de leur révéler les richesses impérissables.

– Le Ministère de la Guérison, Pages 20 et 21

 

 

A propos A. Becker

Lire, écouter et regarder des encouragements selon la bible (par ex. des prédications adventistes) - pour grandir dans la foi !
Cet article, publié dans Lire une prédication, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Comment présenter la vérité ?

  1. Béréenne attitude dit :

    Souvent, ce que les hommes avaient enseigné et écrit au sujet des Ecritures prenait la place des Ecritures elles-mêmes.

    Bonsoir Alex, je n’ai pas pu m’empêcher de souligner cette phrase ! 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.